« Le Taxi-ville, une activité en apogée à Cotonou! » c’est le thème qu’à aborder le Secrétaire Général OCTaViC-BENIN au 55è numéro du Mardi de l’Epanouissement.

smart

Une profession en souffrance, malgré le projet Asphaltage du Gouvernement qui a aménagé les coins et recoins de la ville vitrine du Bénin.

Jusqu’en 2001, tout déplacement dans Cotonou est synonyme de prendre le taxi-ville. Une activité qui a permis à pas mal de personne de s’affirmer dans le société de s’assumer leur rôle de parents.

smart

Aujourd’hui et avec les locataires de la municipalité de Cotonou et des grandes villes du Bénin, le taxi-ville doit-être amélioré pour d’abord rendre fluide le déplacement urbain et garantir un avenir meilleur aux conducteurs professionnel urbain.

En ce qui concerne la ville de Cotonou, les conducteurs présents au n°55 ont tous porté un doigt accusateur au Maire de Cotonou et ses adjoints qui n’ont pas défini une politique pour la mobilité urbaine de la capitale économique du Bénin mais politise tout et attire que profit du secteur.

smart

Pour un (01) mois un conducteur paie au moins six mille franc. Avec un effectif d’environ six cents (600) taxi-ville, la mairie doit nous améliorer les condition de notre activité.

Un durcissement de ton est en vu pour début Mars 2021.

La rubrique santé du Jour est portée sur le traitement des Cancers avec la plante phyllantus amanus, une plante riche en vertus présenté par David BENI.

Ccom/OCTaViC-BENIN

Partager