Pendant deux, les cadres économiques et sociales de l’Afrique ont partagé leurs expériences, innovations et progrès depuis l’apparition de COVID-19.

Du TOGO en passant par le MALI, SENEGAL etc…. Il est est facile de constater que beaucoup de ces pays s’organisent pour un accès plus facile au crédit surtout du secteur dit « informel » et une assistance directe.

Tous les grands projets développer au Bénin depuis cinq (05) ans n’a profité à nous acteurs du Transport. Du projet ARCH à la création du corps des proffessionnels, nous ne sommes pas pris en compte et ceci au vu et au su de nos dirigeants. Plusieurs de nos sorties médiatiques nous ont permit de réclamer notre appartenance à ces différents programme afin d’en bénéficier mais hélas.

Pire, aucune possibilité de s’octroyer un prêt bancaire pour se renouveler son véhicule Taxi quand bien même le Gouvernement de la rupture dans son PAG a promit mettre à notre disposition des banques pour nous accompagner dans l’obtention des crédits pour l’achat de taxi pour moderniser le secteur.

La pandémie de COVID-19; nous en souffrons jusque-là mais le gouvernement n’a pas cherché à nous alléger la tâche: toujours les mêmes montants pour les pièces administratives mais le nombre de passagers à diminuer.

Reconnaissons que nous avions reçu une aide sociale qui a varié entre 100.000FCFA et 150.000FCFA mais il faut noter que aussi là, seulement quelques conducteurs qui ont bénéficié malgré que nous nous sommes réglementairement inscrits et remplis toutes les conditions.

Nous souffrons et nous avons besoin de nous épanouir…..

Ccom/OCTaViC-BENIN

Partager