Hier lundi 14 Décembre 2020, à la grande grande surprise des acteurs routiers que nous sommes, la police républicaine à pris d’assaut quelques carrefour stratégique dans la ville de Cotonou.

À cette descente, la circulation est devenue subitement très fluide. Même les quelques véhicules qui circulent, beaucoup chevauchent dans des ruelles.

Ce constat montre à quelle hauteur les véhicules aujourd’hui sont dépourvus de toutes pièces depuis quelques années sur l’interdiction des contrôles routiers au Bénin.

Beaucoup gagne dans notre secteur aujourd’hui illégalement parce que ils prennent pas les pièces aux véhicules et les conducteurs aussi ne disposent pas forcément du permis de conduire avant de se mettre à déplacer la population ou des marchandises.

Ce contrôle doit être régulier afin de permettre à nous qui malgré tout même en cette période de COVID-19 continue de prendre les pièces administratives aux véhicules. Seulement que cela soit bien organisé pour éviter le rençonnement et l’abus de zèle que font parfois certains policiers.

Nous avons quelques recommandations:

1- que le contrôle se fait avec la présence dans chaque équipe un gradé qui maîtrise les textes et dispositions des infractions routières au Bénin afin que dans les contrôles on puisse expliquer et faire comprendre aux Transporteurs et Conducteurs qui veulent comprendre d’avantage sur les infractions reprocheées.

2- que les taxis motos (Zémidjans) qui se transforment en voiture et transportent des marchandises et colis dépassant leur gabarit soient interpellés désormais

3- que les véhicules privés (Personnels) soient contrôlés

4- qu’une lutte soit déclenchées contre les taxis clendestins

5- que les services du trésors publics soient actifs et que les paiements ne soient pas objets de rangs à ne pas finir.

Nous interpellons le Ministre des finances, le Ministre des Transports et celui de la Décentralisation à officialiser les contrôles routiers. C’est le Bénin qui gagne.

source:Ccom/OCTaViC-BENIN

Partager